Voilà maintenant 4 mois que j’ai déménagé, j’ai changé de ville et un peu de vie sans doute aussi… Voilà 4 mois que je découvre une nouvelle ville, que je reprends mes marques, que je me crée de nouvelles habitudes, que j’essaie de me faire des amis, que j’essaie d’appréhender le nouvel accent, d’appréhender la façon de faire des gens. 4 mois que j’apprécie ma nouvelle ville, content d’avoir quitté cette ancienne ville dans laquelle je ne pouvais plus vivre.

J’étais donc heureux jusqu’à présent, je n’avais eu que de bonnes surprises, que de belles rencontres, heureux d’avoir quitté la deuxième ville de France (Marseille) pour Le Mans. Heureux, jusqu’à aujourd’hui.

Aujourd’hui j’ai vécu au Mans ce que je n’avais jamais vécu à Marseille qui a pour image d’être une ville du non droit, une ville ou l’Homme n’est plus Homme mais bête. Au Mans je découvre un Homme pire encore, il a quitté son état, il a perdu son coeur, il devient un simple amas de chair, il n’est plus qu’un système nerveux régit par des règles, il ne voit plus que ça, il ne vit plus que pour cela, respecter les règles en oubliant tout ce qui se trouve autour de lui. Un homme robot qui fait ce qu’on lui demande sans se poser de questions, un homme programmé, formaté.

Mais Axel, pourquoi tout cela? Qu’est-ce que ça signifie?! Je vous réponds tout de suite. Vous n’êtes pas sans savoir que je suis l’heureux « propriétaire » de deux jolies chiennes, Fiesta et Freesebe (Voyez https://www.legnousauvage.com/journaux/journal-autofiction/fiesta-et-freesebe/). Il se trouve que mes deux petites boules de poils en ce début d’hiver sont malades. Me considérant comme leur père, il est normal qu’un père s’inquiète pour ses filles n’est-ce pas ? Jamais personne ne pourrait me reprocher de m’inquiéter pour mes filles et jamais personne ne m’empêcherait de prendre les dispositions nécessaires afin de sauvegarder leurs vies…. Et pourtant c’est bien ce qu’il s’est passé ce 20 décembre, au Mans et par deux fois ! Inutile d’imaginer une seule seconde que les agents SETRAM, société de transport du Mans, connaissent l’esprit de Noël. Inutile d’imaginer que ces agents ont une quelconque once d’humanité dans leur coeur. Ceux sur qui je suis tombé, à mon grand regret n’avaient qu’un regard froid, un regard formaté.

Rappel des faits :

En effet, voyant la santé de mes deux chiennes se dégrader d’heure en heure je décide d’aller chez le vétérinaire en urgence. Manque de chance, le vétérinaire près de chez moi ne reçoit pas sans rendez-vous, il me faut donc en trouver un autre qui puisse me prendre sans rendez-vous très rapidement. Internet existant, je trouve une solution rapidement, manque de chance, ce vétérinaire se situe de l’autre côté de la ville et je ne suis pas véhiculé. Je constate que le tram s’arrête juste à côté, cela m’évitera plusieurs heures de marche avec 2 chiens affaiblis. Je le pensais oui… car deux agents SETRAM m’ont menacé de 140 euros d’amendes, 70 par chiens à vrai dire, car « pas de chiens à bord sauf les petits et les chiens pour aveugles ». Je reste bouche baie. Je finis par dire que je me rends à la clinique pour mes chiennes malades. Je vois qu’ils perdent patience. Je sens les larmes s’accumuler. Je n’ai pas envie qu’ils voient cela, je baisse la tête et j’acquiesce, je descends du tram pour me rendre… à pieds à la clinique à plus d’une heure de marche de chez moi.

Je finis par arriver péniblement à destination, la vétérinaire me rassure, soigne mes chiennes, leur fait des piqures, me fait des recommandations. Elle est aimable, compréhensive. Cela me donne du baume au coeur, j’oublie ce qu’il s’est passé auparavant. On repars doucement mais surement de la clinique et je n’ose pas imaginer une seule seconde faire marcher mes deux chiennes médicamentées durant plus d’une heure pour rentrer chez nous. Je décide de prendre le tramway. Il est 20 heures, il n’y a personne, j’ai mes laisses et mes chiennes sont hyper obéissantes. Je monte dans le tram et j’entends un message « Nous vous rappelons que les chiens sont interdits à bord hormis les chiens en panier et les chiens pour aveugles ». J’imagine qu’il s’agit d’un message automatique. Puis encore une fois le message retenti. Cela raisonne dans ma tête, je me sens mal, je me dis qu’il n’est pas possible de croiser tant de bêtise en une journée. Le temps de penser cela, le message retenti de nouveau. Je comprends, le conducteur passe ce message en boucle parce que je suis monté, il m’a vu et il veut que je descende. Après les frais onéreux de la clinique je n’ose pas imaginer payer une amende de 140 euros. Moi, étudiant, c’est impossible, je ne peux pas me le permettre, je descends, résigné, dégoûté. Le conducteur me regarde avec des yeux furieux descendre, j’ai une envie presque irrésistible de lui lever le majeur, de lui dire ses quatre vérités, mais je ne peux pas, je ne veux pas me rabaisser à cela, de toute façon il est formaté et cela me désespère pour lui, j’ai peine pour lui. Pour la deuxième fois je me retrouve à pieds avec mes chiennes en petite forme, tout simplement parce que des «  » » »Hommes » » » », se conforment au règlement sans se poser de questions.

Si dans les jours qui viennent, mes filles se trouvent encore plus mal, ou pire… si elles succombent à leur mal-être. Qui paiera ? Qui sera tenu responsable ? Personne car il s’agit de chiens et que c’est le règlement ? Voulons-nous vraiment vivre dans une société aussi pourrie? Dans une société régit par des règles qui oublient toute humanité ? Moi je tiendrai responsable ces hommes individuellement et cette société qui ne sait pas s’adapter !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez écrire votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici