Le mythe de l’Androgyne ou le mythe de l’Amour ?2 min de lecture

0

La vie ne ferait sens qu’une fois « l’âme soeur » trouvée. Alors finalement la vie aurait un sens ? Est-il possible, après que les dieux aient coupés les androgynes pour leur insolence, créant ainsi mâles et femelles, ceux-ci se réunissent de nouveau pour ne faire plus qu’un ? Si la vie a un sens alors ce n’est qu’un grotesque mensonge mal ficelé.

Mais que se passe t-il si l’une de ces deux âmes après des années vient à ne plus se conformer à l’idée que l’autre se fait du couple ou de l’amour ?

Ma vie se limite t-elle vraiment à ça ? Seulement à ça ? De doux regards, de tendres baisers, des mots gentillets, de minables flatteries, des jouissances éphémères… Je suis ici pour vivre égoïstement un amour exclusif sous prétexte que tout le monde se persuade que la vie n’est que la recherche d’un Amour.  Si je décidais de tout foutre en l’air, cela me rendrait maître suprême de ma vie, je deviendrai Dieu. Serais-je triste de ce nouveau statut ou le sera t-on pour moi ?

Imaginons une vie ou j’aurais décidé de ne pas devenir Dieu, une vie dans laquelle j’aurais décidé de me laisser aveugler par les plans de « l’autre » qui aurait pris ce statut. Oui, l’âme soeur n’est personne d’autre que Dieu, un Dieu tentant de nous faire avaler que la vie doit être vécue selon des principes simples « la recherche de l’amour ». Une fois cet amour trouvé il faut : l’adouber, s’y conformer, le chérir, user des sacrifices et des offrandes. L’offrande d’une vie qui n’est finalement plus la mienne puisqu’elle est devenue la sienne. Je m’efface et je me force à croire que pour être heureux nous devons faire plus qu’un. Je me persuade qu’en redevenant cet androgyne je, il, nous deviendrons plus fort et nous reprendrons la lutte face aux Dieux, la lutte face à celles et ceux qui sont maîtres-ses de leurs vies, celles et ceux qui ont choisi l’autre option.

Succomber à l’âme soeur signifie donc devenir un faux Dieu, je tombe dans une mégalomanie schizophrène, ce n’est pas cela qu’il me faut. Je ? Nous ? Il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here